Pour atteindre vos objectifs de perte de poids, développer votre masse musculaire, manger équilibré ou même gérer un diabète insulino-dépendant ou votre cholestérol, téléchargez notre app gratuitement

appstore-sgoogleplay-s

NASH : une maladie silencieuse mais dangereuse !

Lorsqu’on évoque les pathologies du foie, on pense très souvent à des hépatites virales, une cirrhose ou même un cancer. Mais une autre maladie assez méconnue progresse de façon très inquiétante dans les pays occidentaux. Il s’agit de la NASH. DietSensor vous explique.

Qu’est-ce que la NASH ?

Les stéatopathies métaboliques ou NAFLD (acronyme anglais de non-alcoholic fatty liver diseases) regroupent un éventail de maladies s’étendant de la stéatose simple à la NASH voire la cirrhose et le cancer du foie. Mais le plus surprenant est que ces pathologies ne sont pas liées à la consommation excessive d’alcool ni aux virus. Elles sont uniquement associées à l’alimentation !

Caractérisée par une accumulation de graisses dans les cellules du foie, la stéatose simple (un peu comme le foie gras de canard) est la première étape avant la NASH et elle est normalement bénigne. Mais chez certaines personnes, les cellules du foie subissent aussi des lésions inflammatoires, et c’est alors qu’on parle de la stéato-hépatite non alcoolique, aussi connue comme la NASH. Selon les chercheurs, elle est très étroitement liée à l’épidémie mondiale d’obésité et de diabète, et comme les autres hépatites chroniques, la NASH peut potentiellement évoluer vers une cirrhose ou même un cancer !

Comment se développe-t-elle ?

L’évolution de la stéatose simple vers la NASH est un processus complexe, causée par l’interaction de plusieurs facteurs génétiques et environnementaux. La résistance à l’insuline avec des composants pro-inflammatoires jouent un rôle majeur dans la progression des stéatopathies métaboliques. Voici l’évolution des stéatopathies métaboliques. Les étapes 1 et 2 sont réversibles. Cependant les étapes 3 et 4 ne le sont pas et c’est là que ça devient dangereux – car il n’existe aucun traitement jusqu’à présent à part une greffe de foie.

Un phénomène en pleine croissance…

En 2015, rien qu’aux États-Unis, on estime le nombre de cas de NAFLD à environ 80 millions, avec plus de 15 millions de cas de la NASH et les nombres ne cesseront d’augmenter selon le modèle de prévisions de l’épidémiologiste principale, Chris Estes.

Comme la maladie ne présente aucun symptôme, il y a de nombreux cas qui ne sont pas détectés !

Quelques conseils…

La perte de poids par une alimentation saine et équilibrée ainsi qu’une activité physique régulière, constitue la pierre angulaire du traitement des stéatopathies métaboliques.

  • Évitez les boissons sucrées surtout les sodas, les jus de fruits industriels (car ils contiennent du sirop de maïs à haute teneur en fructose), et même les thés glacés !
  • Privilégiez les glucides à index glycémique faible. Voir l’article Comprendre l’index glycémique pour mieux composer son assiette.
  • Réduisez les aliments gras comme la viande rouge, charcuteries, viennoiseries, etc. ; Les poisson gras en revanche sont excellents car ils sont riches en oméga-3 (qui est anti-inflammatoire). Optez pour les bonnes graisses tels que l’avocat et les noix en général. À consommer quand même avec modération car ils sont caloriques !
  • Pratiquez une activité physique régulière (150 minutes par semaine – pour une activité modérée)
  • Consultez votre médecin régulièrement même si vous vous sentez en forme ! Les bilans de santé sont essentiels dans la prévention et le dépistage des maladies, surtout celles qui ne présentent aucun symptôme.

Mieux vaut prévenir que guérir !

DietSensor n’est pas réservée qu’aux personnes atteintes de maladies chroniques. L’application peut aussi aider à prévenir certaines maladies, à titre d’exemple la NASH – en vous accompagnant à chaque repas afin de vous guider dans vos choix alimentaires !

Si vous n’avez pas encore téléchargé l’application DietSensor, on vous encourage fortement à le faire !

Voir aussi l’interview de l’hépatologue, le Dr Dominique Lannes