Pour atteindre vos objectifs de perte de poids, développer votre masse musculaire, manger équilibré ou même gérer un diabète insulino-dépendant ou votre cholestérol, téléchargez notre app gratuitement

appstore-sgoogleplay-s

Les coachs de fitness, sont-ils aptes à donner des conseils en matière d’alimentation ?

Dans l’article d’aujourd’hui, nous allons discuter des limites. La question que nous nous posons est la suivante : les coachs fitness devraient-ils dispenser des conseils diététiques ? Sont-ils suffisamment qualifiés pour le faire ?

Peut-être que le meilleur moyen de répondre à cette question, ou du moins d’en acquérir une meilleure perspective est d’inverser la question : votre diététicien est-il/elle qualifié(e) pour vous dire combien de séance de sport il faut faire ?

Il existe un lien entre l’alimentation et l’exercice. La culture du fitness ne fait qu’alimenter cet engouement pour la nutrition et l’alimentation, et nombreux sont ceux qui assimilent la perte de poids à l’exercice. Étant donné que l’alimentation et l’exercice physique sont souvent étroitement liés, beaucoup de personnes supposent à tort que, comme les entraîneurs peuvent aider à s’entraîner, ils devraient également pouvoir aider à préparer un plan alimentaire. En dépit de leurs points communs, la plupart des coachs n’ont qu’une poignée d’heures d’éducation nutritionnelle à leur actif. Certains coachs semblent croire que ces quelques heures leur procurent suffisamment d’expérience pour devenir un gourou de l’alimentation.

Le problème est double. D’une part il a les coachs trop confiants et d’autre part il y a les clients enthousiastes, qui sont tout à fait disposés à accepter les conseils de leur coach comme un parole sacrée, souvent pour des raisons de commodité. Pour les adeptes de gym, l’idée du tout-en-un dans une salle de sport, où l’on peut obtenir des conseils en matière de forme physique et de nutrition, est intéressante.

Bien que les coachs aient tendance à être trop confiants dans leur capacité à dispenser des conseils diététiques, rien n’indique qu’ils aient les connaissances nécessaires pour le faire, selon une étude menée par l’Université de Sidney en Australie. Le questionnaire de l’étude, conçu pour évaluer l’expertise nutritionnelle, était destiné à 161 entraîneurs de fitness, 36 diététiciens et 357 membres de la population. Le questionnaire était divisé en quatre sections principales : recommandations diététiques, teneur en éléments nutritifs des aliments, choix d’aliments sains et connaissance du lien entre l’alimentation et les maladies. L’objectif général de l’étude comparative était de comparer les coachs par rapport aux diététiciens et au grand public. L’âge, le sexe et le niveau d’éducation des participants ont également été notés.

Comme nous l’avons déjà indiqué, les coachs ont obtenu des résultats nettement inférieurs à ceux des diététiciens dans trois des quatre sections, la seule exception étant les choix alimentaires sains. Dans la dernière section, les scores des coachs et des diététiciens étaient similaires.

En comparant les connaissances des coachs avec celles de la population en général, la seule section dans laquelle les coachs ont obtenu des résultats supérieurs à ceux de la communauté en général a été leur compréhension de la teneur en éléments nutritifs des aliments.

Il est à noter que l’étude a mis en lumière le fait que les coachs titulaires d’un diplôme en sciences de l’exercice n’ont pas obtenu de résultats supérieurs à ceux de leurs pairs non diplômés. En conclusion, il semble que les coachs aient une connaissance limitée de la nutrition. Par conséquent, l’exactitude et l’efficacité de tout conseil nutritionnel, en particulier de conseil médical en matière de nutrition, doivent être pris avec précaution.

Ce dernier point est une considération particulièrement importante. La même équipe de chercheurs a découvert que 51% des 286 professionnels de la condition physique interrogés ont déclaré fournir des conseils nutritionnels sur les maladies cardiovasculaires, 48% sur le diabète, 44% des compléments alimentaires, 39% des carences nutritionnelles et 35% des allergies alimentaires.

Il est naturel que les clients des coachs puissent vouloir parler ou poser des questions à propos de l’alimentation. Mais cela ne signifie pas que les coachs ont toutes les réponses 🙂

Une application nutritionnelle scientifique et fiable peut aider mais rien ne remplacera l’accès à un diététicien diplômé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *